Blogging

Mon année 2018 : nouveaux projets, nouvelles spécialisations et quelques erreurs…

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai trouvé que 2018 s’était bien vite envolée. Entre de nouveaux clients, un déménagement et quelques projets achevés, il a déjà été temps d’accueillir 2019 !

Professionnellement, 2018 a été particulièrement fructueuse pour moi. Et pas simplement d’un point de vue financier. J’ai découvert de nouveaux domaines passionnants et j’ai enfin pu développer un vrai rythme de travail, tout en apprenant à naviguer dans les méandres de l’administration française… Voici un petit résumé de mon année.

Les plus : de nouveaux projets…

En 2018, j’ai pu me former et développer un début d’expertise dans un domaine que je connaissais mais que je n’avais pas encore pleinement exploré : les cryptomonnaies. J’ai pu écrire sur le Bitcoin, le Ripple, l’Ethereum… Et toutes les stratégies d’investissement qui leur sont liées. C’est un domaine très exigeant, pointu, qui demande de bonnes connaissances techniques en plus d’une certaine patience. J’ai cependant trouvé cette nébuleuse fascinante, car inédite : c’est la première fois que l’homme développe ce type de technologies. Pour une rédactrice, c’est donc autant de pistes à créer ! Pour vous faire une idée du type de contenu que j’ai pu produire, faites un tour sur mon portfolio.

Un autre projet a également occupé une bonne partie de mon année : la traduction d’un site Internet, FantasyNameGenerators.com, qui représente 160 000 mots (l’équivalent d’un livre de 320 pages). J’avais déjà traduit des sites Internet, mais c’était la première fois que je m’attelais à un projet de cette ampleur. Cela a été un moment passionnant, qui a vu son lot d’hésitations au début, mais qui m’a aussi permis de développer des techniques qui me suivront dans mes projets futurs. Et surtout, j’ai pu traduire pour un domaine que j’adore : la fantasy et la science-fiction. Cela a donc été le point d’orgue de cette année de travail.

… et de nouveaux records !

2017 a marqué le début de mon aventure d’auto-entrepreneure en France. J’avais déjà été freelance au Royaume-Uni, mais la France et son cortège administratif représentaient une autre paire de manches. Après quelques erreurs et faux pas, j’ai pu vraiment assimiler comment fonctionne ce statut un peu particulier et quels interlocuteurs privilégier. Mais surtout, j’ai compris que l’entreprenariat serait toujours exigeant, et qu’il est donc de bon ton de se débarrasser de certaines angoisses inutiles…

Enfin, 2018 a déjoué tous mes pronostics du point de vue financier. J’ai généré bien plus de revenus que ce que j’avais prévu, ce qui m’a permis de développer un vrai coussin financier qui me permettra d’aborder les périodes creuses avec plus de sérénité. S’il fallait retenir une leçon de cette année, c’est que tant que je reste motivée et que je vais de l’avant, je finis par trouver des ressources et des clients nouveaux. En 2018, j’ai appris que l’instabilité financière n’était pas forcément un calvaire et qu’on pouvait même apprendre beaucoup de leçons en se faisant confiance !

Les moins : quelques ajustements de rythme

Malgré ces jolis moments, tout n’a pas été absolument parfait en 2018. En premier lieu, j’ai pu tester mes limites en termes de masse de travail. Je l’ai évoqué, les commandes n’ont pas manqué cette année, et cela m’a confrontée à un problème inédit, mais courant chez les freelances : je n’ai pas toujours su m’arrêter.

La première erreur que j’ai faite a été de ne comptabiliser que le temps de travail où j’écrivais ou traduisais des textes. Je ne comptais pas les moments où je répondais à mes emails, ou bien ma comptabilité, car ils ne génèrent pas de revenus. Grave erreur ! Je me suis retrouvée à faire de très (trop) longues semaines sans comprendre pourquoi j’étais aussi fatiguée. Heureusement, je m’en suis rendu compte et je suis maintenant un planning assez strict (interdiction absolue de travailler après 17h, et travail le samedi uniquement si je dois rattraper une demi-journée perdue pendant la semaine). Cela fonctionne bien mieux pour moi (et cela n’a pas impacté ma productivité, bien au contraire).

Workaholic : contraction de work et alcoholic : un bourreau du travail en anglais

Les méandres de l’auto-entreprenariat

Au-delà de ma tendance à être un bourreau du travail, j’ai aussi dû faire face à une certaine phobie administrative. Je suis pourtant extrêmement organisée, mais lorsqu’il s’agit d’administration, un simple formulaire peut me mettre la boule au ventre. Un auto-entrepreneur choisit en général de faire sa déclaration à l’URSSAF tous les trois mois pour payer ses taxes. Tous les trois mois, j’avais donc des sueurs froides, par peur de faire une erreur.

La calculette : de pire ennemi à allié un peu récalcitrant

Heureusement, j’ai là aussi pu développer des stratégies pour éviter ce stress inutile. À commencer par une refonte de mon système de comptabilité, que j’ai simplifié. Mais aussi l’ouverture d’un compte bancaire exclusivement dédié à mon travail (obligatoire pour tous les auto-entrepreneurs). Au fur et à mesure, une certaine habitude s’est mise en place. Je me suis également rendu compte que toute erreur était corrigible : j’ai déclaré des sommes entièrement erronées un trimestre et ai pu les corriger simplement en passant un coup de fil à l’URSSAF.

Pour 2019 : quelques résolutions…

Après cette année fructueuse, j’ai pris quelques résolutions pour continuer sur cette belle lancée. Je souhaite me ménager plus de temps pour développer mon réseau, mettre à jour mon site et étoffer mon portfolio. Je réserve également un créneau en début de mois pour établir mon budget, ce qui me permet de mieux suivre mes revenus. Et surtout, je compte bien continuer à écrire et traduire pour des sujets qui me passionnent, car c’est ceux-là qui m’apportent le plus !

Belle année 2019 à vous,

Marine

1 réflexion au sujet de “Mon année 2018 : nouveaux projets, nouvelles spécialisations et quelques erreurs…”

  1. C’est top de voir ce retour et tes avancées ! Je te tire mon chapeau pour la compta, moi je fais appel à un comptable, trop de trucs que je pige pas et un gain de temps de fou, mais j’admire !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s