Reconnaissance vocale : comment elle va changer votre vie en 2020

Depuis les assistants intelligents jusqu’aux outils d’identification, les technologies de reconnaissance vocale ont connu un vrai essor. Zoom sur un secteur qui devrait continuer à se développer, avec quelques utilisations insolites.

La montée en puissance des assistants virtuels

Qu’on les aime ou qu’on les craigne, les assistants virtuels sont en train d’envahir nos habitudes. En 2017, un rapport de Voice Labs indiquait que 33 millions de « smart speakers » sont en circulation. En 2019, les estimations faisaient grimper ce chiffre à 92 millions d’unités, soit à peu près autant de foyers équipés. Alexa, Siri ou encore l’assistant vocal intelligent Google Home devraient apporter leur aide à un nombre grandissant de personnes en 2020, que ce soit grâce aux enceintes Bluetooth connectées, ou simplement depuis les téléphones mobiles.

Pour preuve, les statistiques de Google, qui indiquent que sur un mois, 62% de ses utilisateurs utilisent l’assistant vocal pour effectuer un achat. Et 58% utilisent ses services pour créer une liste de courses : il n’y a donc qu’un pas à faire pour transformer cela en commande. Mais pour l’instant, c’est Alexa qui rafle la palme des assistants intelligents les plus vendus au monde. En janvier 2018, 75% des « smart speakers » vendus dans le monde venaient d’Amazon. Un chiffre qui se maintient en 2019 aux États-Unis : le géant conserve 70% du marché américain. En France, il est cependant devancé par Google Assistant.

Ce colossal marché devrait continuer à se développer dans la décennie qui s’ouvre : 75% des foyers américains devraient ainsi utiliser un assistant vocal d’ici à la fin de l’année 2020. Ils n’étaient pourtant que 7% en 2017. C’est aussi le cas en France : en juillet 2019, Médiamétrie comptait ainsi 3.2 millions d’utilisateurs d’enceintes à commande vocale.


Après les empreintes digitales et la reconnaissance faciale, la voix

Mais au-delà de nous aider à faire nos courses, la reconnaissance vocale peut également jouer d’autres rôles. Elle rejoint ainsi la liste des technologies d’identification, au même titre que la reconnaissance faciale et oculaire, ou les empreintes digitales. La voix est en effet maintenant utilisée comme marqueur d’une personne, avec une précision jusque là inégalée. La technologie est appliquée notamment au secteur bancaire, afin d’identifier aisément le détenteur d’un compte. Et cela fonctionne : les outils des banques affichent généralement un taux d’erreur en dessous de 0.1%.

Cette avancée a aussi une autre application : elle permettra aux forces de l’ordre d’interpeller plus aisément les criminels. La technologie VoiceID permet maintenant d’identifier des personnes en quelques secondes seulement, uniquement avec leur voix. Le taux de succès dépasse les 99%, tout cela en ignorant les barrières linguistiques. On verra donc peut-être bientôt des terminaux de reconnaissance vocale dans les aéroports…


Une révolution pour nos loisirs

En addition à ces usages plutôt officiels, les loisirs commencent également à être affectés par les technologies de reconnaissance vocale. De plus en plus de jeux vidéos sont maintenant contrôlables grâce à la voix. La technologie avait été initiée dès 2012 par Mass Effect 3, mais il a fallu voir l’émergence des casques de réalité virtuelle pour que cela se démocratise vraiment, grâce à L’Oculus Rift. L’intérêt est évident : cela permet au joueur une immersion encore plus poussée. Et cela vient se greffer sur un marché est en plein essor : les premières estimations pour 2019 indiquent que le secteur de la réalité virtuelle et augmentée totalise 16.8 milliards de dollars de chiffre d’affaires.

Plus largement dans le secteur des loisirs, la technologie devrait être associée à l’intelligence artificielle afin de protéger les internautes qui consultent des vidéos sur Internet. Notamment en détectant les deep fakes, qui simulent la voix de célébrités afin de leur faire dire ce qu’ils veulent. Elle aidera donc à lutter contre la « post-vérité » et les fake news, ce fléau des dernières années.

La reconnaissance vocale a donc de beaux jours devant elle. Et vous, vous comptez acheter une Alexa, ou utiliser cette technologie pour vous identifier ?

Thaïlande : rêve éveillé au fil de la rivière Kwai

Il est de ces hôtels où l’on rentre comme dans un temple. Des cocons insolites, qui offrent à leurs visiteurs des expériences tout simplement uniques. Approchez, le X2 River Kwai Resort***** est l’un d’eux. Établi le long de la sublime rivière Kwai Noi, il vous propose un hébergement flottant, avec votre propre kayak qui vous permet d’explorer les rives de cette superbe région. Un savoir-accueillir 5 étoiles vous attend, agrémenté de champagne, cocktails, massages et sourires éclatants… Ce sont vos plus beaux souvenirs que vous allez construire ici.

Nous aimons :

  • Notre cabine Xfloat, qui flotte sur la rivière et propose une vue à 180° : incroyable !
  • Le calme absolu qui règne sur ce cocon perdu au milieu d’un superbe environnement
  • Les coupes de champagne incluses tous les jours, qui créent l’accord parfait
  • Les massages prodigués par des mains expertes, pour s’abandonner totalement à ces moments précieux…

Le X2 River Kwai Resort***** a su trouver la plus belle manière de sublimer son emplacement. Sur la rivière Kwai Noi, ce n’est pas un pont qui vous attend, mais un ponton privé ! Il vous permet d’avoir accès à un kayak, à emprunter dès que l’envie vous en prend, pour explorer ce sublime environnement.

Au-delà de cet emplacement privilégié, l’établissement a su multiplier les services de pointe, avec un succès confirmé. Il bénéficie ainsi du certificat d’excellence TripAdvisor pour l’année 2019. Vous y trouverez tout le nécessaire à un séjour thaïlandais d’exception. Une piscine à débordement ouverte sur la nature environnante, des massages traditionnels… Et de nombreuses activités centrées autour de la rivière, dont des jet skis et du paddle board.

Si la coupe de champagne vous a mis en appétit, vous découvrirez avec plaisir The Bridge Bar & Bistro. Vous y bénéficierez grâce à notre offre d’un « tea break » tous les jours, ainsi que de tapas et cocktails. Mais c’est vers votre cabine que vous reviendrez encore et encore. Au summum du luxe, elle vous propose aux choix une baignoire ou un spa directement dans la chambre, de 73 à 100 mètres carrés… Le tout avec une vue sublime sur la rivière bien sûr. On vous avait prévenu, l’expérience est somptueuse en tous points !

Soyez brillants, ne manquez surtout pas…

  • De prolonger votre expérience incroyable par un second hôtel du groupe X2 situé à Khao Lak…
  • Une visite des superbes cascades du parc national d’Erawan. Tha Kradan, Si Sawat District, Kanchanaburi 71250
  • La ligne Siam-Birmanie et son célèbre pont, incontournable. Maenamkwai Rd, Tha Ma Kham, Mueang Kanchanaburi District, Kanchanaburi 71000
  • Notre guide de voyage sur le somptueux pays du sourire

Étude : voici comment les criminels blanchissent leurs Bitcoins

Criminels Bitcoin

La firme d’analyses Chainalysis a récemment publié une étude sur les BTC illicites, et la manière dont leurs détenteurs essaient de les blanchir. Elle conclut qu’en 2019, 2.8 milliards de dollars ont été envoyés sur les exchanges par des criminels, dont 50% sur Binance et Huobi. Cela met en question l’efficacité des procédures de vérification d’identité pratiquées par les plateformes d’échange.


Les exchanges : de plus en plus utilisés pour blanchir des BTC

Comme l’explique le rapport, la manière dont les criminels essaient de transformer leurs BTC en FIAT a évolué. Parmi les destinataires de ces fonds, les exchanges occupent une part de plus en plus importante, comme le montre ce graphique :

Destination Bitcoins BTC illicites

Source : Chainalysis

À l’origine, les destinataires « risqués » comme les services de mixage, les exchanges à risque ou les sites de pari occupaient une part non négligeable. Puis à partir de la fin 2017, ce sont les exchanges qui ont commencé à être les destinataires de ces fonds. Depuis 2019, il s’agit des espaces sur lesquels transitent le plus de BTC obtenus de manière illégale. Une part non négligeable est également destinée à des services illicites, disponibles notamment sur le Dark net.

👉 Découvrez notre fiche info sur le BTC


Quelles méthodes utilisent les criminels ?

La palme des exchanges ayant reçu le plus de fonds illicites en BTC est attribuée à Binance et Huobi. À eux deux, ils totalisent la moitié des transferts de BTC « sales » vers les plateformes d’échanges :

Source : Chainalysis

Ce chiffre peut sembler surprenant quand on sait que Binance et Huobi ont tous deux des processus d’inscription assez musclés, avec des KYC (Know Your Customer) qui nécessitent d’identifier précisément le détenteur du compte.

👉 Notre classement des meilleurs exchanges BTC est disponible ici !


Selon Chainalysis, les criminels contrent ces mesures en utilisant des courtiers OTC (Over The Counter). Ces derniers interagissent avec les exchanges en leur nom, ce qui permet aux criminels de rester dans l’ombre, les procédures KYC de ces courtiers étant bien plus laxistes. Comme l’explique Chainalysis, « Il est impossible de savoir le volume exact du marché OTC, mais nous savons qu’il est énorme ».

Typiquement, les criminels envoient de grandes sommes en BTC à leur courtier, qui les transfère sur les exchanges, avant parfois de les échanger contre une monnaie stable comme Tether (USDT). Cela leur permet ensuite de retirer l’argent en FIAT à leur convenance.

Chainalysis conclut cette analyse en expliquant avoir listé 100 courtiers OTC ayant procédé au blanchiment de ces capitaux, dont 70 sur Huobi. Leur poids est conséquent :

« Au total, ces 70 courtiers OTC ont reçu 194 millions de dollars en Bitcoin de la part d’entités criminelles en 2019. »


Des réglementations peu efficaces ?

Il est intéressant de noter que les mesures récentes visant l’anonymat des exchanges, comme les recommandations du GAFI, ont a priori un effet limité sur ce type de blanchiment de fonds, bien que cela soit leur but. La solution à ce problème viendra donc des exchanges, selon Chainalysis :

« Nous lançons également un appel aux exchanges afin qu’ils procèdent à des vérifications préalables plus poussées des courtiers OTC […]. La plupart des exchanges […] rassemblent déjà des données KYC sur leurs clients, comme le demande la loi dans la plupart des juridictions. Notre analyse montre qu’ils doivent étendre cette surveillance aux services OTC »

Ces données montrent en tout cas que quand il s’agit de lutter contre la « crypto-criminalité », il faut prendre en compte le système dans son ensemble, et pas seulement une catégorie d’acteurs comme les exchanges.


Article à retrouver sur Cryptoast

La Chine veut s’appuyer sur la blockchain pour son système de « crédit social »

En Chine, le gouvernement considérerait l’utilisation de technologies blockchain afin de sécuriser son très controversé système de crédit social.

Le crédit social, un cauchemar orwellien made in China

Élaboré en Chine dès 2014, le système de « crédit social » a tout de la dystopie. Son principe est simple : chaque citoyen a un certain nombre de points (son crédit social), il peut les perdre s’il conduit des actions jugées anti-citoyennes. Par exemple fumer dans un espace public, manger dans le train, écouter de la musique trop fort… Mais aussi des fautes moins tangibles comme la présentation d’excuses jugées non sincères ou la consommation excessive d’alcool.

Le tout s’appuie sur les nouvelles technologies liées à l’intelligence artificielle, qui connaissent une croissance exponentielle ces dernières années en Chine. Elles permettent de capter automatiquement les données des réseaux sociaux ou des caméras de surveillance intelligentes, très présentes dans le pays. Au total, la Chine a débloqué 60 milliards de dollars par an pour devenir leader dans le secteur de l’intelligence artificielle d’ici à 2025.

La blockchain pour sécuriser le système de crédit social ?

Si cette dérive vous effraie déjà, sachez que le gouvernement compte sécuriser tout cela encore plus, grâce à des technologies blockchain inaltérables. C’est en tout cas ce que rapportait hier le média China.org.cn. Un séminaire intitulé « La technologie blockchain aide le nouveau système de crédit social de Chine » a en effet eu lieu au milieu du mois de janvier. Ce sont plus de 20 experts venus d’universités et d’instituts de recherche qui ont discuté de la manière d’associer la blockchain à ces technologies de surveillance.

👉 Plus d’infos dans notre dossier : les utilisations pratiques de la blockchain

L’initiative est en tout cas dans la droite lignée de l’avancée de la Chine en matière de blockchain, officialisée par Xi Jinping en octobre dernier. Selon les experts chinois, la blockchain fait partie des technologies représentant la quatrième révolution industrielle, c’est pourquoi le pays souhaite s’y consacrer pleinement. Le but de la manœuvre avait déjà été listé clairement en 2017 par le gouvernement. Il avait alors annoncé vouloir : « mettre pleinement en valeur le rôle de la technologie de l’intelligence artificielle pour améliorer l’interaction sociale, promouvoir des communications crédibles […] et minimiser les coûts et risques des communications interpersonnelles ».

On peut donc compter sur la Chine pour prendre un concept technologique à l’origine très décentralisé (le Bitcoin tel qu’il a été élaboré par Satoshi Nakamoto) pour servir ses systèmes de contrôle des citoyens. De quoi faire bondir les puristes, qui voient justement dans la blockchain une vertu : celle de créer des systèmes sans contrôle central.

👉 Qui est Satoshi Nakamoto ? Les hypothèses dans notre dossier.


Article à retrouver sur Cryptoast

PayPal abandonne Pornhub… et fait grimper le Verge

Le plus grand site de pornographie au monde s’est vu abandonné par PayPal en fin de semaine dernière. C’est un coup dur pour Pornhub, mais il pourrait favoriser une crypto-monnaie : le Verge (XVG), qui a connu une hausse remarquée ces derniers jours.

PayPal et Pornhub : un retrait non prévu

Mercredi dernier, on apprenait que PayPal, un partenaire historique de Pornhub avait décidé de quitter le navire. Dans un article publié sur le site de Pornhub, le géant du porno se qualifiait de « dévasté » par la nouvelle. En effet, plus de 100 000 « performeurs » comme les appelle pudiquement Pornhub dépendent du service de paiement pour facturer leurs prestations en direct à leurs clients.

La suite ainsi que d’autres articles sur Cryptoast.fr

MoneyGram : Ripple investit à nouveau 20 millions de dollars

Ripple a achevé son investissement dans MoneyGram, en fournissant les derniers 20 millions de dollars. Le partenariat de deux ans qui a été mis en place devrait permettre de propager l’utilisation du réseau Ripple à des utilisateurs internationaux.

MoneyGram et Ripple, un mariage en or

Annoncé en juin dernier, le partenariat entre Ripple et MoneyGram a été vu comme une étape d’ampleur pour le réseau de paiements cryptographiques. MoneyGram est en effet le deuxième plus grand service de transfert d’argent international. La durée du partenariat devrait initialement durer deux ans, selon les termes de l’accord.

La suite ainsi que d’autres articles sur Cryptoast.fr

Venezuela : le Petro ne sera plus adossé qu’à 30 millions de barils de pétrole

Le Venezuela semble avoir revu à la baisse le nombre de barils de pétrole censés adosser le Petro. Seuls 30 millions d’entre eux seront utilisés, comme l’explique Reuters le 21 novembre.

Moins de barils de pétrole pour adosser le Petro

La crypto-monnaie d’État Petro, qui est censée aider le Venezuela à faire face à sa crise économique majeure, est basée sur une ressource phare du pays : le pétrole. À l’origine, le président Nicolas Maduro avait annoncé que le Petro serait adossé par 5 milliards de barils, tirés de réserves encore non exploitées…

La suite ainsi que d’autres articles sur Cryptoast.fr

Fin de Game of Thrones : à quand une suite ?

Les rues de Port-Réal sont encore fumantes et déjà une horde de fans a envahi Internet, orphelins depuis que la mythique série de HBO a achevé une dernière saison épique. Nul doute que les producteurs ne comptent pas abandonner cette machine à cash, et que de nouvelles pépites devraient sortir. Nous faisons le point sur les projets qui pourraient bientôt surgir des ruines du Donjon rouge…

Source image : Pxhere

Game of Thrones : une série monstre qui a battu tous les records

Lorsqu’il a publié le premier tome de sa série de livres en 1996, George RR Martin n’a pas pu deviner qu’elle allait devenir une des œuvres télévisées les plus suivies de tous les temps. Game of Thrones (GOT) est devenu une colossale affaire, propulsant ses acteurs au rang de superstars, avec des moyens de production gigantesques. Les chiffres de la série parlent d’eux-mêmes : chaque épisode a coûté plus de 10 millions de dollars, et la dernière saison a dépassé les 130 millions de dollars de production. De quoi justifier les sublimes décors et les batailles épiques présents dans chaque épisode…

Ces dépenses ont bien sûr généré des revenus colossaux. Une année de merchandising autour de la série rapporterait ainsi plus d’un milliard de dollars de chiffre d’affaires. C’est que le nombre de visionnages a aussi été très important : la plateforme HBO compte ainsi 161 millions de téléspectateurs, mais il s’agit uniquement d’une fraction des fans, car beaucoup ont choisi de pirater la série… Et ce succès a été payant : GOT a décroché pas moins de 38 Emmy Awards, devenant ainsi la fiction la plus récompensée par ces “Oscars des séries”. Époustouflant !

Winterfell et Port-Réal à visiter ?

Que vont bien pouvoir faire les fans, maintenant que leur série préférée est achevée ? Peut-être visiter les lieux de tournage, si on en croit les indices rapportés par les habitants d’Irlande du Nord. Belfast en particulier a été un lieu de tournage privilégié pour Game of Thrones. Là-bas, les fans ont noté que les décors de Port-Réal et Winterfell n’ont pas été démontés. Pour beaucoup, cela veut dire que HBO va créer des visites de ces lieux mythiques, pour offrir aux fans une prolongation de l’expérience Game of Thrones.

L’idée est en tout cas courante : en Nouvelle-Zélande, les fans du Seigneur des Anneaux peuvent toujours visiter le village Hobbiton, d’où sont originaires les Hobbits. À Londres, c’est le quai 9¾ qui a été préservé pour les fans de Harry Potter.

Jeux vidéo et spinoff : une machine qui continue à tourner

En attendant, des dérivés plus concrets de la série sont déjà sortis. On compte déjà plusieurs jeux vidéo, comme Game of Thrones Ascent (2013), qui suivent la même trame narrative. Le prochain, qui est toujours en développement, pourrait séduire un grand nombre de fans. Game of Thrones : Seven Kingdoms sera un jeu de rôle massivement multijoueur qui permettra d’explorer le moindre recoin de Westeros.

Mais le plus concret des prolongements est un spinoff de GOT, annoncé très tôt après la fin de la série. Appelé Bloodmoon, il s’agirait d’un “prequel”, c’est-à-dire qu’il se déroulera plusieurs millénaires avant les événements de Game of Thrones. On n’en sait pas plus sur le sujet pour l’instant, mis à part que George RR Martin participera là aussi à l’écriture de la série.

…et les livres ?

Si on en croit les réponses de plus en plus agacées de George RR Martin, il en a plus qu’assez qu’on lui pose la question. Il faut dire qu’il prend son temps : commencée en 1996 avec le premier tome, la série est connue pour ses très longues pauses entre les parutions. Le dernier tome, Dance With Dragons est paru en 2011. Il correspond à la saison 5 de la série. Le suivant, Winds of Winter, pourrait bien prendre du temps pour être publié. Surtout que Martin proposera probablement un dénouement différent de celui présenté dans la série, qui a déçu beaucoup de fans. En attendant, il faudra s’avérer patient : Martin est connu pour ne pas céder devant la pression…

Vivez l’exception dans une suite au cœur de Florence

L’exceptionnelle Florence se découvre et se redécouvre au gré de ses envies. Gigantesque musée à ciel ouvert, la capitale de la Toscane sait éblouir par sa culture, mais aussi par ses habitants, qui n’hésiteront pas à vous prendre par la main pour aller faire la fête dans ses rues sinueuses. Votre city break sera sublimé par votre hôtel : le Santa Maria Novella****. À moins de cinq minutes à pied des plus belles pépites florentines, vous profiterez de sa terrasse avec vue sur la piazza et les collines de Toscane… Sublime !

Nous aimons

– Prendre possession de notre grande suite : 33 mètres carrés rien que pour nous !

– Pouvoir profiter chaque jour du sauna de l’hôtel pour nous délasser

– Siroter notre verre de bienvenue à l’arrivée en découvrant notre nouveau chez-nous

– Le délicieux petit-déjeuner bio qui nous attend chaque matin à notre réveil

Une expérience VeryChic !

À ville exceptionnelle, hôtel exceptionnel. Votre séjour florentin sera accordé ton sur ton grâce à un incroyable établissement situé en plein cœur de la ville, juste en face de la basilique Santa Maria Novella. Vous y séjournerez dans une suite Junior entièrement équipée grâce au triple surclassement inclus dans notre offre. Sublime décoration toscane, vue sur la piazza, salle de bain en marbre… Vous vous croirez presque revenu au temps des Médicis, qui ont régné sur la ville pendant de longues années.

Mais votre beau séjour ne s’arrêtera pas à votre chambre. Vous pourrez profiter de confortables services pour vous ressourcer entre deux visites : salle de remise en forme, sauna… Et une belle salle de lecture dans laquelle vous vous sentirez particulièrement choyé. L’après-midi, vous grimperez en même temps que le mercure jusqu’en haut de l’hôtel, pour découvrir la terrasse du sixième. Elle profite d’une vue d’exception sur la ville et les collines de Toscane.

Une fois redescendu sur terre, il faudra vous attaquer à la visite de Florence, qui regorge de trésors évidents, mais aussi cachés. La ville rassemble un quart du patrimoine italien et est considérée par beaucoup comme une des plus belles d’Europe. Le long du fleuve Arno, sur la piazza della Repubblica, ou dans l’ombre du Palazzo Vecchio, vous ne saurez plus où donner de la tête. Fort heureusement, lorsque le soleil amorcera sa descente, vous pourrez vous ressourcer avec un aperitivo sur la piazza Santo Spirito… Florence, c’est aussi cela !

Soyez brillant, ne manquez surtout pas…

  • Une visite insolite de la grotte de Buontalenti Grotto, crée par François Ier de Médicis. Piazza Pitti 1 Florence, 50125
  • D’aller payer une visite au doigt de Galilée dans le Muséum d’Histoire naturelle. 2n Lungarno Anna Maria Luisa de’ Medici Florence, 50122
  • D’admirer les croquis secrets de Michelangelo dans la chapelle de Médicis. Basilica of San LorenzoPiazza di Madonna degli Aldobrandini, 6 Florence
  • D’acheter un surprenant lampredotto à un vendeur de rue,pour une escale gastronomique sur le pouce.

Lien vers l’article

Au tour d’Ebay ? Le président du géant de la vente en ligne fait l’éloge de Libra

Le président d’Ebay, qui fait partie du groupement entourant Libra, a livré sa vision très positive de l’altcoin de Facebook lors d’une interview à CNBC. Les géants de la Tech pourraient suivre les pas de Libra lorsque les problèmes réglementaires soulevés actuellement seront réglés.

Le président d’Ebay mise sur Libra et les crypto-monnaies

Malgré les réticences affichées par les législateurs, Libra fait actuellement figure d’explorateur. Et les géants de la Tech pourraient bien être tentés de l’imiter… Une fois les premières étapes défrichées par le Zuckerberg Coin. C’est en tout cas ce que semble se dire le président d’Ebay Devin Wenig. Il voit l’aventure de Facebook comme un pari certes risqué, mais qui pourrait bien couronner de succès ceux qui y ont pris part : « Libra sera-t-elle un succès ? Je pense qu’on ne peut que spéculer. […] Mais elle est très prometteuse, et elle vaut la peine d’essayer. »

La suite ainsi que d’autres articles sur Cryptoast.fr